View Notice

690/IC/PACARC/2019 -Recrutement d’un(e) consultant(e) national(e) Expert (e) en Analyse des Chaines de Valeur et Moyens de Subsistance
Procurement Process :RFP - Request for proposal
Office :Antananarivo - MADAGASCAR
Deadline :16-Aug-19
Posted on :18-Jul-19
Development Area :CONSULTANTSCONSULTANTS
Reference Number :57654
Link to Atlas Project :
00090256 - Amélioration des capacités d'adaptation et de résilience
Documents :
Notice de Selection et Termes de Référence-690-IC-2019
Conditions Générales des Consultants
Extension délai au 16 Aout 2019-Notice et tdrs
Overview :

EXTENSION DELAI JUSQU'AU 16 AOUT 2019

NOTICE DE SELECTION

Recrutement d’un(e) consultant(e) national(e) Expert (e) en Analyse des Chaines de Valeur et Moyens de Subsistance pour appuyer la formulation du projet de « Renforcement de la gestion des Nouvelles Aires Protégées et de la réduction du Trafic des espèces menacées à Madagascar

Référence du dossier : 690/IC/PACARC/2019

Délai de réception des offres :  16 Aout 2019

Pays                                                     Madagascar

Intitulé de la mission :                         Appuyer la formulation du projet de « Renforcement de la gestion des Nouvelles Aires Protégées et de la Réduction du Trafic des espèces menacées à Madagascar

Type de Contrat :                                Contrat Individuel

Niveau de poste et d’expérience :         National

Durée de la mission                             50 jours ouvrables

Type et Lieu d’affectation :                 Antananarivo

Prière envoyer vos propositions (propositions technique et financière) dûment signées à l’adresse e-mail Offres.mg@undp.org avec mention de la référence et intitulé du dossier ou encore à l’adresse ci-dessous :

Programme des Nations Unies pour le Développement

Maison Commune des Nations Unies,

Rue Dr Rasseta, Route de Majunga

Andraharo, Antananarivo

Votre proposition devra être reçue au plus tard le 16 Aout 2019, à 15h00, heure d’Antananarivo.

N’hésitez pas à écrire à l’adresse upm.mg@undp.org pour toute information complémentaire.

Les candidatures féminines sont vivement encouragées.

Les Termes de Référence sont joints en annexe 01 de cette notice pour plus de détail sur la mission.

Ils décrivent principalement le contexte de la mission, les responsabilités assignées à la mission, les produits attendus de la mission ainsi que le profil des candidats recherchés.

Contexte

Madagascar est considéré comme une priorité mondiale en termes de conservation de la biodiversité. L'île abrite cinq familles de plantes endémiques, d’environ 14000 espèces végétales, dont près de 90% sont endémiques. La diversité des primates est exceptionnelle avec 101 espèces et sous espèces toutes endémiques. Les cinq familles d'oiseaux endémiques représentent les 51% de la diversité. Sur les 370 espèces de reptiles, 90 % sont endémiques. Les amphibiens sont uniques pour le pays car avec les 278 espèces recensées, presque 100% ne se trouvent nulle part ailleurs.

Madagascar s’est engagé à préserver sa biodiversité et accroitre ses avantages pour le peuple malagasy en ratifiant la Convention sur la Diversité Biologique (CDB) en 1997. Afin de faciliter la mise en œuvre de cette CDB, Madagascar a développé la Stratégie et Plans d’Actions Nationaux pour la Biodiversité. Lors du Congrès Mondial des Aires Protégées à Durban (Afrique du Sud) en 2003, Madagascar s’est engagé à tripler avant 2008 la surface des aires protégées à Madagascar en se référant aux catégories des aires protégées de l'UICN. Le Gouvernement a ainsi décidé de fixer un objectif de mettre 10% de la superficie du pays en aires protégées au cours de l’année 2005. Les axes d’objectifs pour le Système d’Aires Protégées de Madagascar (SAPM) sont : 

  1. Conserver l’ensemble de la biodiversité unique de Madagascar (écosystèmes, espèces, variabilité génétique)
  2. Conserver le patrimoine culturel Malagasy
  3. Maintenir les services écologiques et l’utilisation durable des ressources naturelles pour la réduction de la pauvreté et le développement durable

Malgré tous ces efforts, la biodiversité riche et variée de Madagascar est menacée par diverses pratiques non durables, à la fois directes et indirectes. Il faudra noter un certain nombre de menaces notamment une exploitation forestière non durable, une perte d'habitat pour l'agriculture, les pâturages et les besoins énergétiques (charbon de bois), une récolte illégale d'espèces sauvages protégées pour le commerce d'animaux de compagnie exotiques et autres. Ces problèmes s’ajoutent sur un certain nombre de faiblesses institutionnelles et du système de gouvernance notamment : i) le cadre politique et réglementaire faible, avec un partage insuffisant d’informations et d’ outils disponibles permettant de réglementer, analyser et lutter contre le trafic des espèces menacées d’extinction, ii) la faible capacité institutionnelle au niveau du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable (MEDD) / divisions centrales et décentralisées à faire respecter les lois et les règlements et à procéder aux arrestations, aux saisies et aux poursuites, iii) une mauvaise infrastructure et une faible capacité de gérer des NAP et engager dans la lutte contre le commerce illégal des espèces sauvages.

Afin de contribuer à la réduction des menaces pour une gestion durable des AP et des espèces sauvages, le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable (MEDD) en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) ont développé une note de concept pour le projet de Renforcement de la gestion des Nouvelles Aires Protégées et de Réduction du Trafic des espèces sauvages à Madagascar.

Le projet proposé comprend quatre composantes :

  • Renforcement du cadre politique, institutionnel et réglementaire pour gérer les Nouvelles Aires Protégées (NAP) et lutter contre le trafic des espèces sauvages et le braconnage
  • Développer et renforcer la gestion des NAP ciblées (catégories V et VI de l'UICN)
  • Engagement des communautés et réduction de la pauvreté à travers une gestion efficace des NAP et la conservation de la biodiversité
  • Gestion des connaissances, autonomisation des femmes, suivi et évaluation.

Cette Note de Concept a été approuvée par le Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) au moins de juin 2019 pour son septième cycle de financement. Pour la phase de développement du document de projet, le PNUD cherche à recruter un (e) expert (e) national (e) en analyse des Chaines de Valeur et Moyens de Subsistance afin d’appuyer le processus de formulation du document de projet.

Objectif de la mission

Sous le supervision de l’équipe environnement du PNUD, coordination du chef d’équipe (Consultant principal pour la formulation du document de projet) et, en étroite collaboration avec les autres consultants, membres de l’équipe de formulation du document de projet, l’expert (e) national (e) en analyse des chaines de valeur, les conditions socioéconomique et les moyens de subsistance devra participer et soutenir le processus de formulation du document de projet, mener des analyses, des recherches, la mission sur le terrain, et la préparation des recommandations relatives aux chaines de valeur en relation avec la gestion durable des ressources naturelles, amélioration des conditions socioéconomiques et moyens d’existence de la population.

Portée de la mission

                                               

Les principales responsabilités du consultant sont les suivantes :

Mener des analyses / études requises pour la formulation du projet avec un focus particulier sur la composante 3 du projet, ceci en accord avec le consultant principal. Entre autres :

  • Évaluer les interventions précédentes pertinentes pour la composante 3 du projet visant à améliorer la protection de l’environnement et la conservation de la biodiversité dans les nouvelles Aires Protégées, souligner les leçons apprises et les bonnes pratiques.
  • Mener une enquête socio-économique et socioculturelle, une évaluation de l’état de  l'environnement ainsi que des facteurs à la base de l'appauvrissement (perte) de la biodiversité dans les zones des Nouvelles Aires Protégées; évaluer les mesures dans lesquelles les activités agricoles affectent la perte de la biodiversité,  par rapport aux autres  activités ou pratiques (par exemple, l’exploitation illégale des forêts et la déforestation, extraction de la biodiversité dans des AP par les médecins traditionnels ainsi que les effets des espèces envahissantes, etc.).
  • Examiner les mesures dans lesquelles les problèmes liés au régime foncier entravent les moyens durables de subsistance dans les zones tampons des Nouvelles Aires Protégées ; évaluer les réponses que le projet pourrait apporter pour contribuer à la résolution du problème (par exemple, promouvoir une gestion participative, gouvernance intégrée qui considère la problématique foncière).
  • A partir des informations collectées à travers des interventions précédentes, les enquêtes susmentionnées et les meilleures pratiques qui existent au niveau régional, national et international, formuler des activités techniquement réalisables sur la valorisation des ressources naturelles.
  • Identifier les initiatives existantes et planifiées, afin de mettre à jour la situation de départ qui a été présentée dans la note de concept afin de déterminer la valeur ajoutée de l'investissement du FEM ; négocier des partenariats pour créer des synergies, tout en veillant à ce que la stratégie du projet soit améliorée pour intégrer ces contributions.
  • En étroite coopération avec le consultant en charge de l'engagement des parties prenantes et de l'intégration du genre, identifier, impliquer et sensibiliser activement les principales autorités gouvernementales (au niveau local et national) et les utilisateurs des ressources naturelles (par exemple la communauté des agriculteurs dans les zones tampons des AP, les coopératives qui interviennent dans le domaine d'agroforesterie, les médecins traditionnels, etc) facilitant leur pleine participation et contribution dans l’élaboration des stratégies et des activités du projet.
  • Analyser les capacités institutionnelles / techniques / opérationnelles / individuelles et les besoins de renforcement de capacités des parties prenantes en matière de gestion durable des terres et des forêts ; élaborer une stratégie de renforcement de capacités afin de faciliter la réussite du projet et la durabilité des résultats.
  • Sur la base des analyses susmentionnées, identifier les sites cibles des interventions soutenues par le projet.

Contributions à la formulation du document de projet (prodoc), à la demande d’endossement du FEM et à la formulation des annexes obligatoires et spécifiques au projet (composante B) :

  • Formulez les sections pertinentes du document de projet / préparer le dossier de demande d’approbation par le FEM par rapport aux éléments mentionnés ci-dessus.
  • Examiner les livrables d'autres membres de l'équipe de consultants, pour assurer la cohérence, l’harmonisation et l'assurance qualité de différentes sections du prodoc.
  1. Atelier de validation

Les Livrables

  • Un rapport initial sur la méthodologie (rapport de démarrage/ en collaboration avec d’autres consultants)
  • Un rapport d’étude technique sur les éléments ci haut mentionnés
  • Contribuer à la formulation du prodoc final sous la coordination du consultant principal et à la satisfaction de l’équipe/Environnement du PNUD.

Veillez noter que le plan de mise en œuvre du sous-projet (PPG/Project Préparation Grant) du PNUD fournit des indications supplémentaires et plus détaillées sur les tâches et responsabilités de l’expert. Les documents sont à fournir en version française.

Méthodologie

Elle sera basée sur la revue et l’étude de la documentation, les visites sur terrain, les rencontres et les entretiens avec les acteurs concernés (publics, secteur privé, société civile), les partenaires, les communautés bénéficiaires et les personnes ressources.

Durée de la mission

Durée de la mission : 50 jours

Lieu d'affectation : Antananarivo

Rémunération

Le/la consultant(e) national(e) sera rémunéré par le PNUD après validation de livrables intégrant les observations et commentaires en trois versements.

Livrable/ Résultats et % de paiement

Durée estimée du travail

Révisions et validations requises

 

Revue documentaire, préparation et présentation d'un rapport initial avec un plan et une méthodologie d'étude (paiement de 10%)

4 jours de travail

Analysé par le Consultant Principal, Comité de travail technique du projet /MEED, validé par l’atelier de validation et approuvé par l’équipe du PNUD

Un rapport d’étude technique sur les chaines de valeur, conditions socioéconomique et moyens de subsistance (Paiement de 60%)

 

42 jours de travail

Analysé par le Consultant principal, Comité de travail technique du projet /MEED, validé par l’atelier de validation et approuvé par l’équipe Environnement du PNUD

Un prodoc intégrant les commentaires relatifs aux éléments ci-haut mentionnés (paiement de 30%)

4 jours de travail

Analysé par le Consultant principal, Comité de travail technique du projet /MEED, et approuvé par l’équipe Environnement du PNUD

 

Prise en charge des dépenses et remboursements 

Les déplacements dans Madagascar seront pris en charge en plus de la rémunération s’ils sont en conformité avec les règles et procédures du PNUD.

Le Consultant sera responsable de toutes les dépenses administratives personnelles associées à la prise de poste y compris le matériel de bureau, impressions, location, communications téléphoniques et électroniques ainsi que les copies des rapports concernant la mission.

Qualifications et expériences

Académiques

• Maîtrise en agronomie, biologie, géographie, économie de l’environnement, gestion de l'environnement ou domaine similaire

Expérience

Au moins 5 ans d’expérience professionnelle pertinente dans le domaine des chaines de valeur et conditions de vie socioéconomique

• Expérience de travail avec les projets du PNUD et / ou du FEM est un avantage 

• Excellentes compétences en analyse, rédaction, présentation et communication

Langue

• Français et Malgache

• une connaissance pratique de l'anglais est requise