View Notice

Recrutement d’un(e) Consultant(e) International(e) pour la réalisation d’une étude sur la gestion foncière du littoral guinéen dans le cadre de l’économie bleue En Guinée.
Procurement Process :IC - Individual contractor
Office :GUINEA, Office - GUINEA
Deadline :26-Mar-20
Posted on :12-Mar-20
Development Area :CONSULTANTS  CONSULTANTS
Reference Number :64220
Link to Atlas Projects :
00072231 - Environnement & Dévelp durable
00072231 - Environnement & Dévelp durable
Documents :
TDRS
LA NOTICE
Overview :

La Guinée s’est engagée dans la voie de la promotion de l’Economie bleue afin de tirer le meilleur parti de ses ressources maritimes (et des autres étendues d’eau), ceci, dans une perspective de développement durable. L’enjeu est considérable au regard de l’importance de son domaine maritime. Des études réalisées dans ce cadre (mesure du bon état écologique, planification spatiale maritime, innovations dans le secteur marin, etc.) sont indispensables pour permettre l’élaboration d’une Stratégie Nationale d’Economie bleue appelée à recenser des programmes et projets solides et structurants, destinés aux autorités nationales y compris le secteur privé. Partant du constat qu’une bonne gouvernance est une condition de réussite de toute politique visant à promouvoir l’Economie bleue, la question du foncier du littoral et de la création d’un dispositif innovant et inclusif, équivalent à un Conservatoire du littoral, se pose avec acuité en Guinée.  Cette éventualité a été soulevée lors de l’atelier national de l’économie bleue en tant que possible structure dédiée à la gestion intégrée du foncier des zones côtières, capable d’apporter un soutien efficace à l’Economie bleue, en intervenant notamment comme interface entre les services centraux de l’Etat, les services déconcentrés et décentralisés. Une telle structure permettrait en effet d’adapter l’action de l’Etat aux réalités et enjeux des différentes régions ceci, via une politique fondée sur le dialogue, la négociation, la concertation et la recherche de consensus, plutôt que sur l’obligation et la contrainte comme on le voit dans certains pays. Il s’agirait de préserver le littoral avec (et pour) les populations locales, plutôt que sans elles ou contre elles. Rappelons que le littoral constitue un espace spécifique, physiquement limité, écologiquement fragile, de plus en plus convoité par des utilisateurs concurrents et soumis à de multiples pressions. Il appelle en retour une politique d’aménagement et de protection qui lui soit spécifique, et qui passe par un processus de patrimonialisation du littoral pour sauvegarder une part de cet espace à l’état naturel.

A un moment où l’action de l’État (son rôle et ses modes d’intervention) est de plus en plus questionnée avec le processus de décentralisation, mais aussi avec la montée en puissance des nouveaux paradigmes (sa modernisation, la mesure de son efficacité au niveau central et déconcentré, la nécessaire prise en compte de la démocratie participative, le développement de la gouvernance territoriale, etc.), une structure de type conservatoire pourrait constituer un vecteur clé de diffusion de pratiques nouvelles et durables sur les territoires littoraux guinéens, tant sur le plan de l’aménagement et de la gestion des espaces naturels, que sur celui du tourisme par exemple, qui est appelé à se développer.

A cette fin, les Ministères de l’environnement, de l’économie maritime et des partenariats publics -privés ainsi que le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), entendent recruter un(e) consultant(e) international(e) pour réaliser un travail d’analyse et de doctrine qui servira la stratégie guinéenne de l’économie bleue.